La vapeur d’eau présente au sein d’un logement provoque une sensation de gêne et d’inconfort pour les habitants. Bien que la vapeur d’eau ne soit pas nécessairement dangereuse pour la santé des personnes, une fois les surfaces du logement imprégnées par l’humidité, les micro-organismes risquent alors de se développer sur les murs, à l’image des moisissures.

L’humidité contenue dans l’air intérieur d’une habitation est-elle normale

L’humidité générée par l’activité humaine au sein d’une habitation

L’homme, de par son fonctionnement naturel, génère de l’humidité, ne serait-ce qu’en respirant. L’humidité produite peut également provenir d’appareils comme le fer à repasser, le sèche-linge, le lave-linge, le lave-vaisselle, mais aussi d’activités telles que le bain et la cuisine. La vapeur d’eau générée entre alors en contact avec les parois froides du logement, formant ainsi de la condensation. Plusieurs facteurs sont susceptibles de favoriser la formation d’humidité au sein d’un logement, voire même d’aggraver le phénomène, à savoir la sur-occupation de l’habitation, de mauvaises habitudes quotidiennes des habitants, une isolation thermique insuffisante du bâtiment, ou encore le manque d’efficacité du système de ventilation.

La notion d’humidité relative dans un logement

L’humidité existe naturellement au sein d’une habitation, mais lorsqu’elle est présente en trop grande quantité, des organismes pathogènes se développent. Bien souvent, les occupants d’un logement humide ont tendance à surchauffer leur habitation, ce qui a pour conséquence d’accroître le choc air chaud contre parois froides et donc, le phénomène de condensation. La notion d’humidité relative, également appelée “HR”, est un indicateur qui permet d’assurer le confort des personnes et de préserver leur état de santé. L’humidité relative permet de mesurer le pourcentage de vapeur d’eau que contient l’air intérieur du logement, par rapport à la quantité maximum autorisée, avant l’apparition de condensation. L’estimation de la quantité de vapeur d’eau maximale varie selon le type d’activité et l’occupation du logement. Il est donc nécessaire de connaître les diverses sources de vapeur d’eau, les périodes de production, ainsi que la classe hygrométrique du bâtiment. La classe hygrométrique des logements dont le taux d’occupation est faible avoisine le niveau 3, alors que ceux à fort taux d’occupation correspondent à un niveau 4, tout comme les bâtiments équipés d’appareils de chauffage au gaz sans cheminée. Au rebours des chauffages radiants, les chauffage par convection (convecteurs électriques) chauffent l’air et non les parois, augmentant ainsi doublement le phénomène de condensation, puisqu’un air plus chaud frappe des parois plus froides. Les convecteurs ont également l’inconvénient de dessécher les voies respiratoires et de mettre en suspension dans l’air des particules de poussière brûlée, parfois allergènes.

 » »

Choisir un expert Chrono Expertise

Afin de déterminer la cause de l’humidité dans une habitation insalubre

Expertise humidité

Expertise Humidité 250x200L’humidité reste le principal facteur d’insalubrité dans une habitation et constitue également la deuxième cause de litige entre locataires et propriétaires. Le phénomène d’humidité est bien souvent responsable de nombreux désordres sur une construction et peut ainsi endommager la charpente, les poutres métalliques, les plâtres et enduits, etc. C’est pourquoi, dès la survenue de signes de l’humidité dans une habitation, il convient de déterminer la cause de cette humidité, afin de traiter le problème directement à sa source et de pouvoir s’en débarrasser définitivement. Pour ce faire, l’appel à un expert humidité indépendant est à privilégier. Pour une expertise en moins de 48h, sollicitez l’intervention d’un expert Chrono Expertise.

Chrono Expertise DT