Les contraintes du de sol sont un sujet fréquemment soulevé par les experts du bâtiment. Le sol est en effet étroitement lié à certains risques pesant sur les constructions. Les fissures, moisissures et humidité font par exemple partie des pathologies courantes du bâtiment. Certains de ces signes sont souvent liés au sol (par exemple les remontées d’humidité du sol). Ces désordres sont aussi les conséquences d’erreur de conception et/ou réalisation. Souvent pointée du doigt : l’absence d’étude de sol avant construction. Votre maison est déjà construite ? Pas de problème. Un examen général pourra peut être vous permettre de comprendre ce l’étude en question aurait pu révéler. Soyez vigilant sur votre projet de construction. Zoom sur les 5 principales menaces inhérentes au sol.

construction maison risques sol

Les mouvements du terrain

Les déplacements du sol et les mouvements de terrain ont des conséquences inévitables sur la construction. Des causes anthropiques (liées à l’homme) et des origines naturelles sont à considérer. Les mouvements en question peuvent alors s’avérer “lents” et se manifester par le tassement d’une terre végétale argileuse, des glissements progressifs ou des déformations des matières en plastiques sur un léger versant, entre autres. Il y a également les mouvements “rapides” à l’instar des écoulements boueux et éboulements.

Les cavités présentes sous le terrain

Les marnières font énormément parler d’elles dans l’Hexagone. Pour rappel donc, ce terme fait référence à des cavités laissées par les anciennes extractions de craie. Les grottes formées par les activités humaines ont majoritairement été laissées en l’état et les cavités s’agrandissent à mesure que les eaux s’y infiltrent. Le sol est fragilisé, ce qui présente un danger considérable pour toute future construction. Si la Haute-Normandie connaît ce problème, d’autres régions de France sont aussi concernées. En outre, d’autres types d’anciennes carrières et quelques reliefs naturels comme les bétoires ou encore les karsts représentent des cavités souterraines.

Le risque de retrait et gonflement (RGA) des argiles

Le RGA arrive en seconde place comme motif d’indemnisation des sinistrés en France. Comme son nom l’indique, le retrait-gonflement des argiles se fait en deux temps. En saison humide, le terrain argileux se gonfle sous l’effet des eaux pluviales. En saison sèche, le sol se rétracte. Ce phénomène se répète inlassablement chaque année. C’est pour cela que les fondations doivent être adéquates dès le départ pour éviter que la structure de la construction ne se fissure, au risque d’occasionner l’effondrement du bâtiment.

Les séismes

Les séismes peuvent affecter la France, ce qui fausse une idée reçue évoquant le contraire. Le tremblement de terre de 2010, en Charente-Maritime est un exemple concret de ce risque. Le séisme en question était mesuré à au moins une magnitude 5 sur l’échelle de Richter. Le 22 octobre 2010, un zonage sismique a de ce fait été réalisé sous les directives du Gouvernement. Le territoire est désormais divisé en 5 parties distinctes, définies par le degré de sismicité qui y prévaut. Pour en savoir plus, il est conseillé de se rendre sur http://www.planseisme.fr/Zonage-sismique-de-la-France.html, un site présentant ce nouveau zonage.

Les inondations

Qu’il s’agisse d’une remontée de la nappe phréatique ou d’une submersion des terrains suite au débordement des cours d’eau, les inondations sont des phénomènes courants. Elles sont d’ailleurs les principaux motifs encourageant les sinistrés à demander une indemnisation. Les dégâts totalisent des millions d’euros, ce qui s’explique par la dévastation des voiries et des effondrements de bâtiments. En outre, les inondations occasionnent fréquemment la ruine des espaces commerciaux en plus d’engendrer la coupure des ponts, entre autres désastres.