Afin d’assurer la durabilité d’un ouvrage dans le temps, il est nécessaire d’adapter la construction aux particularités du terrain. Ainsi, la réalisation d’une étude de sol permet de définir les contraintes de conception et de mise en oeuvre des fondations, afin de prévenir l’apparition future de désordres, notamment lorsque la construction repose sur un sol argileux. Les conclusions de l’étude de sol visent également à préserver les fondations du phénomène de gel, grâce à la mise en place de dispositions préventives.

Préserver les fondations d’une construction du phénomène de gel

L’influence du climat sur le risque de gel des fondations et l’apparition de fissures

Les fondations superficielles doivent être ancrées à une certaine profondeur, afin de respecter la nature du terrain, le climat et faire en sorte que le taux de travail du sol soit conforme. Le climat est une donnée essentielle, lorsqu’il est question de préserver les fondations d’une construction du phénomène de gel. Si les fondations superficielles ne sont pas suffisamment enterrées, le risque de gel est d’autant plus élevé. L’insuffisance d’ancrage des fondations présente une véritable menace pour la stabilité de l’ouvrage dans son ensemble, car celles-ci ne peuvent assurer la répartition des descentes de charges, pour cause de manque de rigidité notamment. Des tensions risquent alors de se produire et d’engendrer la formation de fissures sur les fondations, mais aussi de désordres sur les murs de la maison.

Déterminer la profondeur minimale des fondations pour les préserver du gel

La profondeur des fondations est entre autres déterminée par le climat de la région où se trouve la construction. Ainsi, les DTU portant sur les Travaux de fondations superficielles recommandent une profondeur minimale de 50 centimètres dans les zones tempérées, à savoir dans les vallées et les plaines, ainsi que sur le littoral. Concernant les zones montagneuses, les préconisations sont en revanche de l’ordre d’1 mètre de profondeur. Afin de connaître la profondeur minimale d’ancrage des fondations, selon le climat propre à chaque relief régional, il est conseillé de consulter la documentation de l’AFNOR s’y rapportant (FD P 18-326 de novembre 2004). Lorsque le sol est humide, afin de préserver les fondations du gel et de la sécheresse, il est nécessaire de mesurer la profondeur de garde au gel. La profondeur de garde au gel se mesure à partir de la surface du sol extérieur. En général, 5 à 8 centimètres de profondeur sont requis pour chaque degré inférieur à une température de 0°C.

 » »

Choisir un expert Chrono Expertise

Afin d’éviter les malfaçons sur les fondations d’une construction

Expertise construction

Expertise Construction 250x200Les fondations constituent la base d’une construction et contribuent à assurer la stabilité et la solidité de l’ouvrage dans le temps. Ainsi, dès lors qu’un problème affecte les fondations d’une maison, qu’il soit dû à une erreur de conception ou bien de mise en oeuvre, des tensions et/ou déformations peuvent affecter la superstructure et la survenue de désordres est fréquente. Afin de préserver les fondations d’une construction du phénomène de gel et limiter les risques pour le bâtiment, comme pour ses occupants, la réalisation d’une étude de sol, en amont de l’étude de conception structurelle, s’impose. Par ailleurs, pour s’assurer de l’absence de défauts sur les fondations de sa maison, il est conseillé de demander l’avis d’un expert bâtiment indépendant. L’expert Chrono Expertise dispose des compétences techniques nécessaires pour déterminer la profondeur minimale d’ancrage des fondations et ainsi, prévenir les risques de fissures sur la construction. Pour une expertise rapide et efficace, contactez sans plus attendre un expert Chrono Expertise !

Chrono Expertise DT