Discerner les causes à l’origine de fissures sur la maison est incontournable pour savoir comment réparer ces désordres de façon durable. Cinq constats permettent de cerner le problème et de dresser une expertise complète. Ils portent respectivement sur la structure de l’ouvrage, le terrain, l’environnement, les ouvrages annexes et les fissures elles-mêmes.

 

Les fondations d’une construction fissurée et les armatures

Les semelles de fondations servent à amortir les possibles mouvements différentiels des angles de l’ouvrage. Si les fondations sont parfaitement réalisées, alors la maison est capable de résister à d’éventuelles fissures. Néanmoins, il existe un lien mécanique entre les constructions de béton armé. En outre, le ferraillage (c’est à dire les armatures) des semelles de fondations, de même que celui des poteaux, doit être d’une qualité optimale. Il faut donc surveiller certaines relations, en particulier celles concernant les semelles de fondations et le chaînage vertical.

Protéger la maison contre le risque RGA grâce à l’ancrage des fondations

Il est possible de prévenir le risque retrait-gonflement des argiles (RGA) en établissant l’ouvrage à une profondeur adaptée, selon la nature du sol et ses contraintes. L’analyse géotechnique permet de déterminer à quelle profondeur doivent être enfouies les semelles de fondations. Cette étude indique en effet l’altitude exacte du sol dur sous les couches argileuses. La présence d’un terrain en pente ou un sous-sol partiel constituent d’autres configurations nécessitant un ancrage de l’ouvrage. Afin de mener à bien l’opération, un report optimal des charges de la construction doit être assuré.

Fissures : les particularités du plancher bas en rez-de-chaussée

La sensibilité de la maison aux mouvements du sol dépend de la nature et des spécificités du plancher bas en rez-de-chaussée. On trouve par exemple des planchers en poutrelles et hourdis sur un vide sanitaire, une dalle pleine avec deux nappes en treillis soudés ou encore un dallage en terre-plein. Dans le premier cas par exemple, il y a peu de risque d’avoir des fissures sur la maison à cause des tassements différentiels. Ce type de plancher est donc conseillé sur les terrains argileux.

Maison fissurée : l’importance des barrières capillaires

Si les semelles de fondations sont assises sur des terrains humidifiés, il se produit un phénomène de capillarité : l’eau remonte dans les parois, atteignant les espaces habitables, sous les pressions et tensions superficielles. Il est dès lors important de mettre en place une barrière de capillarité, pour protéger maçonneries et équipements de la construction. Aujourd’hui, ces barrières sont généralement réalisées avec du mortier hydrofuge.

Superstructure et vue d’ensemble de l’ouvrage

Le constructeur a l’obligation, pour les maisons érigées sur sol argileux, de mettre en place des chaînages verticaux. Il faut réaliser des liens en béton armé entre les deux ceintures horizontales, haute et basse. Cela, pour chaque maçonnerie en élévation, à tous les niveaux et sans qu’il faille prendre en compte le caractère sismique du terrain. Il peut également prévoir des zones de ruptures privilégiées, en fonction de l’aspect de la maison. Si la maison est en forme de L ou de V, elle est particulièrement vulnérable au risque de fissures, à la différence des constructions de forme compacte et homogène.

 

Chrono Expertise DT