Si l’on compare les ouvrages lourds fondés sur vide sanitaire et les structures légères reposant sur des fondations superficielles, on note une vulnérabilité des ouvrages légers aux mouvements d’un sol argileux. À partir du moment où les charges ne sont plus réparties de façon homogène sur les fondations, les risques d’apparition de fissures sur l’ouvrage augmentent. Le RGA (retrait-gonflement des argiles) menace la solidité des maisons bâties sur sol argileux. Adapter les fondations permet toutefois de minimiser les risques de fissures. Ce qui nécessite une étude minutieuse permettant de comprendre la nature et les caractéristiques du sol et des contraintes de l’environnement. Des observations en surface peuvent renseigner sur la sensibilité du terrain. Des couches en surface craquelées, en été, ou un sol sec présentant quelques parties humides sur le pourtour du bâtiment en hivers, sont des signes précurseurs de fissures.

Conseils pour réparer les fissures sur un mur porteur

Sol pentu et risques de fissures sur les maisons

Avant d’entamer des travaux de construction, il est impératif d’étudier la pente du terrain. Elle est, en effet, déterminante pour l’ancrage des semelles de fondations et la possible circulation des eaux souterraines. La réalisation d’un sous-sol partiel est souvent tentante pour optimiser l’utilité du terrassement. Toutefois, la pente constitue un risque supplémentaire de fissuration. Il est, de ce fait, primordial de réaliser un ancrage homogène sur tout le périmètre de la maison afin d’éviter les fissures. Par ailleurs, l’ancrage aval et l’ancrage amont doivent faire l’objet de la même attention. À plus forte raison, lorsque des couches  argileuses composent un sous-sol hétérogène. Un dispositif spécifique de drainage doit également être mis en œuvre afin de maîtriser les eaux souterraines. C’est une manière judicieuse de protéger la construction contre le tassement différentiel que l’affouillement peut causer.

 

L’incidence de la végétation sur la maison

La végétation présente dans l’environnement de la maison constitue un risque de fissures. L’impact sur la construction se calcule par la hauteur des arbres à l’âge adulte. Le risque correspond à une fois cette hauteur pour un arbre isolé et une fois et demi cette même hauteur s’il s’agit de plusieurs arbres alignés (en rideau). Un arbre planté en ZIG (Zone d’Influence Géotechnique) interagit inévitablement avec l’ouvrage. Une croissance hydrotropique d’un arbre, par exemple, peut modifier la teneur hydrique du sol, sous les fondations d’une maison. Ce qui entraîne le phénomène de tassement puis la fissuration des structures. Il est, ainsi, évident que la végétation influence les mouvements du sol argileux et donc, constitue un risque majeur de fissures.

 

Choisir un expert Chrono Expertise

Malgré les précautions prises, il se peut que des fissures apparaissent sur les structures. Un traitement en urgence s’impose alors afin de limiter les dégâts et résoudre les problèmes de fissures. Solliciter l’avis d’un expert vous permettra d’identifier la cause réelle des fissures apparues sur une maison construite sur sol argileux. Une fois l’origine et les risques encourus déterminés, il sera possible de définir la solution la mieux adaptée. La consolidation des fissures sera ainsi pérenne. Contactez un expert Chrono Expertise pour une expertise fissure qualitative réalisée dans un délai maximum de 48 heures après l’intervention sur site.

 

Chrono Expertise DT